Le XV de France prêt à défier les Pumas en Argentine

Patrick Arlettaz

Le XV de France s’apprête à affronter une série de tests exigeants en Amérique du Sud, avec un premier match contre l’Argentine à Mendoza, ce samedi. L’entraîneur de l’attaque, Patrick Arlettaz, a exprimé mardi la difficulté de cette mission, rappelant que les Bleus n’ont remporté que deux matchs en terre argentine depuis le début des années 2000.

Arlettaz a souligné en conférence de presse l’importance des statistiques, qui témoignent de la difficulté de s’imposer en Argentine. « On connaît les statistiques: on n’a gagné que deux fois ici, ça dit à quel point c’est difficile de gagner ici. Les récents résultats de l’Argentine renforcent ce sentiment: les Pumas ont fait les demi-finales de la Coupe du monde. »

Le dernier succès français en Argentine remonte à 2016, une période marquée par des victoires rares et précieuses (49-10 en 2012 et 27-0 en 2016). Pour ce nouveau défi, les Bleus devront se montrer à la hauteur d’une opposition « féroce ». « On veut gagner, on veut exister. On a un devoir d’exister, » a déclaré Arlettaz, insistant sur la nécessité pour les joueurs de se surpasser.

Cette tournée sud-américaine, qui comprend également un match contre l’Uruguay, mettra à l’épreuve une équipe française profondément rajeunie et remaniée. Avec l’absence de figures majeures comme Antoine Dupont, Romain Ntamack, Grégory Alldritt et Gaël Fickou, le groupe de 42 joueurs compte seulement trois joueurs avec plus de vingt sélections: Jean-Baptiste Gros, Baptiste Serin et Demba Bamba.

Pour Arlettaz, la simplification du jeu est essentielle pour intégrer rapidement les nombreux nouveaux joueurs. « Nous, entraîneurs, devons être suffisamment bons pour arriver à simplifier les choses pour faire jouer tout le monde ensemble et à ce que cela soit bien compris. Les joueurs ont effectivement eu quinze jours très intenses en termes d’informations, d’entraînement. Si nous avons été bons, ça aura été digéré. »

Face à une Argentine dirigée par Felipe Contepomi, Arlettaz s’attend à une continuité dans le style de jeu malgré le changement de sélectionneur. Les Bleus ont préparé leur stratégie en analysant les performances passées des Pumas, en espérant exploiter les espaces laissés par leurs adversaires.

Enfin, l’atmosphère hostile attendue à Mendoza, connue pour ses supporters passionnés et bruyants, n’est pas négligée par Arlettaz. « Là d’où je viens (Perpignan), les supporters sont très chauvins, passionnés, bruyants et ça me rappelle les supporters argentins. C’est un atout fantastique pour les Pumas d’avoir ces supporters derrière eux. »

Les prochains jours seront cruciaux pour les joueurs français qui devront démontrer leur capacité à s’adapter et à performer sous pression. Les résultats de cette tournée donneront des indications précieuses sur l’évolution du groupe en vue des prochaines échéances internationales.