Les réactions après les matches de samedi

Montpellier (bd) – Stade Français 10 – 12

Patrice Collazo (entraîneur de Montpellier): « On meurt à deux points, mais l’écart est colossal. Sans ballon en touche, sans ballon en mêlée, peu de choses dans les rucks, devant une équipe hermétique et froide comme le Stade Français, c’est compliqué.

« Laurent Labit (directeur du rugby du Stade Français): « On a bien contenu Montpellier sur le plan défensif et on l’a bien dominé en conquête. On peut aussi faire mieux, comme souvent depuis quelques semaines. On a des situations pour marquer, mais on ne marque pas. »

Perpignan (bo) – Castres 43 – 12

Franck Azéma (manager de Perpignan): « Il y a eu un engagement important et une application totale des joueurs. Avant une semaine de coupure, c’est parfait! On sentait qu’on était très excités, avec l’envie de frapper fort, et on a su canaliser notre énergie. On s’est offert un quart d’heure de folie en début de deuxième mi-temps ».

Jeremy Davidson (manager de Castres): « C’est vraiment dur! La première mi-temps a été assez équilibrée jusqu’au carton jaune (de Pierre Popelin à la 32e minute). On a alors donné deux essais casquettes à Perpignan. Avec le vent, en deuxième mi-temps, l’Usap a marqué 19 points très rapidement. Eux ont été précis, pas nous… »

La Rochelle (bo) – Oyonnax 40 – 21

Romain Carmignani (entraîneur de La Rochelle): « On fait une première mi-temps aboutie et on se relâche ensuite. On est l’équipe la plus disciplinée du championnat, mais on a un peu failli dans ce secteur. Il y a peut-être eu du relâchement au vu de la première période, mais Oyonnax nous a bien mis sous pression aussi, au retour des vestiaires. »

Fabien Cibray (entraîneur d’Oyonnax): « On y a cru quand on revient à 7 points. On donne quatre essais en première mi-temps et La Rochelle n’avait pas besoin de cela. On voulait se mesurer à ce qu’il se fait de mieux dans notre championnat et en Europe. On a fait trop d’erreurs pour prendre ce match. »

LyonBordeaux-Bègles 27 – 10

Fabien Gengenbacher (manager de Lyon) : « Défensivement, nous avons été bons dans la circulation, nous ne sommes pas consommés dans les rucks. C’est une vraie belle performance défensive. C’est la raison de notre victoire. »

Jean-Baptiste Poux (entraîneur de la mêlée de Bordeaux): « La première mi-temps n’est pas loin d’être catastrophique. Il manquait trop de choses pour pouvoir gagner. Les Lyonnais ont eu plus envie, ont mis plus d’agressivité que nous. »

Racing 92Clermont 26 – 10

Stuart Lancaster (entraîneur du Racing 92, victorieux de Clermont 26 à 10): « Cela a été dur de perdre Nolann (Le Garrec, ndlr) dès la 2e minute, puis Antoine Gibert (le demi d’ouverture, blessé à une cheville ndlr) après avoir déjà perdu un talonneur à l’échauffement (Camille Chat, ndlr). Je suis fier de la façon dont les joueurs se sont adaptés, notamment Juan Imhoff qui a fini à la mêlée. »

Christophe Urios (entraîneur de Clermont, défait par le Racing 26 à 10): « C’est, encore une fois, dans un match à l’extérieur, beaucoup de frustration, de déception forcément, parce qu’on a le sentiment d’avoir dominé. On a des absences, des trous, parfois des incompréhensions. C’est l’histoire de notre saison. »

Toulouse – Pau

Mathis Lebel (ailier de Toulouse): « La victoire c’était le minimum. On n’avait pas envie de perdre dans notre jardin. On a quand même failli tomber dans le piège. On a voulu trop jouer, on est tombé dans le panneau ».

Thibault Daubagna (demi de mêlée de Pau): « On est frustré car on menait encore au score à la 79e minute mais il y a aussi un sentiment de fierté. Il nous a manqué une minute. On n’a jamais rien lâché, on a su coller au score, en produisant du jeu. »

© 2024 AFP

Nous avons besoin de vous ! Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez nous soutenir (c’est gratuit) en nous ajoutant à vos favoris sur Google News.

Cliquez ici pour le faire maintenant.