« On croit dur comme fer à notre identité » rappelle Bru (Bordeaux-Bègles)

Yannick Bru

Équipe offensive, souvent brillante cette saison, le Bordeaux-Bègles de Yannick Bru n’entend pas changer de philosophie de jeu samedi contre le Stade Français en demi-finale du Top 14, véritable « opposition de styles ».

Q: Peut-on résumer cette demi-finale en une attaque-défense ?

R: « Je pense que c’est un bon raccourci. Chaque match de phase finale a son scénario mais il est évident que chaque équipe va s’appuyer sur ce qui a fait son identité cette année. Il ne s’agit pas à deux matches de la fin de saison de changer ce qui a fait nos forces et construit notre confiance. On n’a pas la même philosophie de jeu que le Stade Français, c’est ça qui est bien dans le rugby, il y a plein de façon d’atteindre la cible et tout le monde peut s’exprimer dans le jeu de rugby. Nous, on croit dur comme fer à notre identité, notre jeu qui nous a donné du plaisir, qui nous a permis d’attaquer, qui n’a pas toujours été parfait pendant la saison, mais on est convaincu que c’est ce rugby là qui nous mènera à la victoire. Il y aura une opposition de styles, je ne doute pas que l’arbitre permettra à notre rugby de se développer ».

Q: Vous avez perdu deux fois contre le Stade Français cette saison. Vous êtes-vous servi de ces matches pour préparer cette demie ?

R: « Quand on a trébuché deux fois contre un adversaire, on se pose mieux les questions. On s’est posé mieux les questions depuis quinze jours parce qu’honnêtement, on espérait jouer le Stade Français. On a une bonne photo de ce qui va nous être opposé. On a aussi une bonne photo de ce que l’on est capable de faire, de ce qui a construit notre confiance sur la saison, une bonne photo des écueils que l’on a connus, dont certains face au Stade Français et les erreurs que l’on a faites. On est au moment de la conclusion sur un match de phase finale qui est différent ».

Q: Quelle peut-être l’impact psychologique des trois dernières demi-finales jouées et perdues ces trois dernières saisons par l’UBB ?

R: « On n’en a pas parlé car on vit notre propre aventure. Cela fait maintenant dix jours qu’on nous parle de la cérémonie de mariage mais pas des mariés. Il y a beaucoup de nouveaux dans le staff de l’UBB, il y a quelques nouveaux joueurs aussi. On vit cette aventure à fond dans une saison particulière. On avait un engagement moral avec nos supporters pour être présents ici car on sait ô combien que nos supporters méritent le respect si vous êtes venus à Chaban dimanche dernier (en barrage contre le Racing 92). On voulait leur offrir ça. Après, on suit notre chemin, on est conscient que l’UBB tourne autour du pot depuis un moment, qu’il y a un travail de grande qualité qui a été fait jusqu’à nous. On prend ce relais là, on espère dans les derniers mètres faire un peu mieux mais on n’a aucune garantie ».

Propos recueillis en conférence de presse

© 2024 AFP

Nous avons besoin de vous ! Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez nous soutenir (c’est gratuit) en nous ajoutant à vos favoris sur Google News.

Cliquez ici pour le faire maintenant.