« si Toulouse ne rivalise pas sur le défi physique… », prévient Dupont

Antoine Dupont

Toulouse devra « répondre au défi physique » imposé par La Rochelle afin de « jouer son rugby », a prévenu le capitaine des Rouge et Noir Antoine Dupont, jeudi, à la veille de la demi-finale de Top 14.

Q: Comment abordez-vous cette demi-finale?

R: « Toujours, quand les phases finales arrivent, il y a ce parfum, une saveur, une excitation particulière. On a déjà bien entamé la route des phases finales avec la Coupe d’Europe mais c’est une autre compétition. On s’y est replongé, depuis, il y a une certaine fraîcheur physique et mentale. Avec beaucoup d’envie et d’excitation. »

Q: Que vous inspire cette équipe de La Rochelle? Vous sentez-vous dans la peau du favori?

R: « On le sait, à chaque fois qu’on joue La Rochelle, ce sera un très gros combat physique. Les ‘gros’ sont prévenus. La dernière finale, même si on a gagné, on a été en difficulté sur la conquête et l’engagement physique. Ils ont des joueurs de très grandes qualités dans ces secteurs-là. Si on ne rivalise pas sur le défi physique, on ne pourra pas jouer notre rugby derrière. On est prévenus, eux aussi. Être favori, c’est un statut qu’on connaît, on a su l’appréhender. Il faut toujours se remettre en question, garder un seuil de vigilance élevé. Si on pense que ça va le faire tout seul, jusqu’à la finale, parce qu’on fait une bonne saison, c’est là où on se trompe. Ugo (Mola, NDLR) est là pour nous le répéter au quotidien. Même quand ça va bien, il nous dit que ça va pas trop… (sourire) Mais c’est l’expérience de ce statut qui peut être trompeur. »

Q: Quelle saveur aurait un deuxième doublé Top 14-Coupe d’Europe?

R: « C’est dur de se projeter. On a d’abord une très grosse échéance demain avant de parler d’un titre. Ce serait évidemment magnifique pour nous, pour le club, pour notre groupe d’écrire une ligne supplémentaire à notre palmarès. Mais c’est bien trop tôt, on ne pense pas encore au Bouclier. On a assez à penser avec le match de demain. »

Propos recueillis en conférence de presse

© 2024 AFP

Nous avons besoin de vous ! Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez nous soutenir (c’est gratuit) en nous ajoutant à vos favoris sur Google News.

Cliquez ici pour le faire maintenant.