Top 14: les réactions après les matches de samedi

Paris, 6 jan 2024 (AFP) – Réactions après les matches de la 12e journée du Top 14 disputés samedi:

PauLa Rochelle (20-29)

Teddy Thomas (ailier de La Rochelle): « On était à la recherche d’une victoire à l’extérieur, c’est chose faite. Ça n’a pas été facile. En première mi-temps, on n’a pas été au niveau de nos ambitions. Dans l’engagement, dans l’agressivité, on n’y était pas. On n’a pas respecté ce qu’on a dit cette semaine. Il ne fallait pas que ça soit des paroles en l’air. On a d’abord trébuché face à une grande équipe de Pau mais on a su renverser la tendance et relever la tête en deuxième mi-temps. On a eu un peu de chance aussi. On est sur une série de deux matches, ce n’est pas grand-chose dans ce marathon qu’est le Top 14 mais il faut prendre tout ce qu’on peut. Maintenant on va rebasculer sur cette Coupe d’Europe qui ne nous réussit pas trop pour le moment et j’espère qu’on va être sur la continuité du Top 14. »

Sébastien Piqueronies (manager de Pau): « C’était un bras de fer équilibré, intense, rude. Mais on l’a perdu. Si je dois évoquer les raisons essentielles, je dirais la domination dans les rucks. Dans le jeu au sol, La Rochelle a été plus discipliné, plus clinique. Et s’il faut donner une deuxième raison, je vous réponds qu’il faut assumer qu’on a eu des munitions pour marquer, qu’on s’est rapproché de la ligne, mais qu’on a été incapables de transformer nos temps forts. Je ne crois pas que nous marquons le pas, c’est l’évaluation du moment. Après Oyonnax, cela fait 0 point en deux matches. Mais ce qui m’intéresse c’est le contenu et je remarque que le match a été paradoxalement équilibré mais que sur les moments-clés, nous n’avons pas été invités. »

Bordeaux-BèglesBayonne (24-23)

Maxime Lucu (demi de mêlée de Bordeaux-Bègles): « Le match est quand même gagné, il ne faut pas l’oublier. On enchaîne les bonnes performances, les victoires et c’est important pour le groupe. On savait que ce match là était piège par excellence entre la victoire à Clermont, les fêtes au milieu et derrière la Coupe d’Europe. (…) On a laissé Bayonne tout le temps dans le match avec des fautes d’indiscipline récurrentes. On savait que si on n’arrivait pas à scorer, Bayonne allait avoir un contre, ce qui s’est passé. On n’a pas baissé les bras, on a eu les intentions et avoir le caractère pour gagner en fin de match, c’est fort aussi. »

Camille Lopez (demi d’ouverture de Bayonne): « C’est la frustration qui prime dans le vestiaire. Il y a plein de petites erreurs qui font qu’on ne peut pas gagner ce match. On pêche depuis le début de saison dans le secteur de l’indiscipline qui est primordial, surtout à l’extérieur si tu veux faire quelque chose. On a fait moins de 10 fautes mais on n’a pas gagné le match. Au final, les stats, c’est bien joli, je préférerais faire 15 fautes et gagner le match. Sur le plan comptable, prendre un point à Bordeaux, tout le monde ne le fera pas quand on voit la série qu’ils font et qu’ils continuent de faire. »

Perpignan – Oyonnax (27-12)

Franck Azéma (manager de Perpignan): « On ne s’est pas affolés, nos leaders ont pris leurs responsabilités. Les gars ont mis beaucoup de fierté à défendre près de la ligne, ça ressemble à l’ADN de l’Usap. On n’est pas encore à mi-parcours, mais c’est bon de ne plus être relégable. Mentalement, c’est important. On ne va avoir que des gros matches jusqu’à la fin de la saison. Le Top 14, c’est un marathon. »

Joe El Abd (manager d’Oyonnax): « Je ressens de la frustration car c’était une opportunité de gagner contre un concurrent pour le maintien, mais on a été indisciplinés, avec trop de cartons (trois). J’ai le sentiment qu’on n’a pas été bien arbitrés. C’est difficile pour mes joueurs de rester zen quand on voit autant de fautes adverses qui ne sont pas sifflées ».

Racing 92Castres (34-30)

Jérémy Fernandez (demi de mêlée de Castres): « Pendant les 20 premières minutes on n’existe pas et à 20 minutes de la fin on est encore à 11 points d’écart, donc repartir avec un point de bonus défensif, au vu de la physionomie du match, c’est très important. Tous les points comptent en fin de saison et venir prendre un point au Racing 92 on sait que c’est compliqué. L’année dernière on est reparti avec zéro points pour pas grand chose, donc on a appris de nos erreurs ».

Martin Méliande (demi d’ouverture du Racing 92): « Ce qu’on veut c’est pouvoir d’entrée mettre notre empreinte sur le match. C’est ce qu’on a réussi a faire aujourd’hui et puis je pense que derrière on s’est un peu perdu sur la discipline. On les a laissé dans le match avec un bon buteur en face donc forcément c’était un peu plus compliqué. Il y a une part de frustration sur le terrain quand on voit qu’ils sont toujours juste derrière alors qu’on domine. »

Stade français – Clermont (14-14)

Christophe Urios (entraîneur de Clermont): « J’ai vu le match que je voulais voir avec un match costaud, des mecs qui travaillent bien. On a quelques trous d’air. On va se satisfaire de ces 2 points. Je suis surtout déçu pour les joueurs qui auraient mérité de ramener mieux. Ce soir j’ai vu la force collective que je veux voir. Ce match est important pour la suite. »

ToulouseLyon (45-0)

Laurent Thuéry (entraîneur de la défense de Toulouse): « On peut avoir le sourire ce soir. C’était des points importants à prendre. Tout n’a pas été parfait, mais on est satisfait, notamment de la seconde période. Je pense que les joueurs ont pris du plaisir et le public en a pris à travers eux ».

Fabien Gengenbacher (manager de Lyon): « Il n’y a pas grand chose à retirer de ce match, on ne peut évidemment pas s’en satisfaire. Jouer les meilleurs est un moyen de s’étalonner et le score reflète l’écart qu’il peut y avoir entre le Stade toulousain et le LOU aujourd’hui. Ca fait parfois du bien de prendre la réalité de plein fouet. (…) Il faut qu’on montre de la force mentale, qu’on reste ensemble. On ne va pas tout remettre en question après ce match ».

burs/fby

© 2024 AFP

Boutique Rugby : Sexy Rugby