Malgré le maintien, Montpellier écarte Patrice Collazo

Patrice Collazo

Le manager Patrice Collazo, sous contrat jusqu’en juin 2025, va quitter Montpellier a appris l’AFP auprès du club lundi, confirmant une information du quotidien régional Midi Libre, au lendemain de la victoire contre Grenoble lors du barrage de maintien en Top 14.

Bernard Laporte, intronisé comme directeur du rugby le 19 novembre, avait nommé Collazo (50 ans) dans un rôle de manager avant de constituer « en trois heures » un nouveau staff technique pour assumer la succession de l’improbable duo composé de l’anglais Richard Cockerill et Jean-Baptiste Elissalde.

L’ancien entraîneur de La Rochelle (2011-18) et Toulon (2018-21), avait été démis de son poste de manager à Brive (Pro D2) quelques jours plus tôt.

Pour seconder Collazo, Laporte avait fait appel à Vincent Etcheto, en charge de l’attaque, et Christian Labit, en charge des rucks. Engagés pour six mois, les anciens entraîneurs de Soyaux-Angoulême et Carcassonne ne seront pas préservés.

Le président du MHR Mohed Altrad tiendra une conférence de presse mardi en fin d’après-midi où il devrait officialiser le renvoi de son ancien staff et présenter sa nouvelle équipe à la tête du projet sportif, où pourrait faire son apparition l’ancien demi de mêlée Benoît Paillaugue, reconverti dans l’encadrement cet automne.

Depuis 2019, et la mise à l’écart du néo-zélandais Vern Cotter, le président et propriétaire de Montpellier a consommé quatre managers à la tête d’un club qui vit dans une instabilité chronique.

Dimanche, au bout d’une rencontre d’un grand suspense et grâce à une pénalité en fin de match de l’ouvreur Louis Carbonel, Montpellier avait arraché la victoire sur le terrain de Grenoble lors du barrage face au finaliste de Pro D2 (20-18).

Le MHR avait été contraint d’en passer par ce barrage après une saison totalement ratée et bouclée à la 13e place du championnat.

© 2024 AFP

Nous avons besoin de vous ! Si vous avez apprécié cet article, vous pouvez nous soutenir (c’est gratuit) en nous ajoutant à vos favoris sur Google News.

Cliquez ici pour le faire maintenant.