Coupe du monde : Tout ce qu’il faut savoir de la 1re journée de la phase de groupe

France All blacks

Une lanterne sud-africaine, une polémique arbitrale, des ouvreurs de caractère et des favoris au rendez-vous: le premier week-end du Mondial-2023 de rugby, en bref.

. LES HOMMES

Dan Biggar/George North. Les deux Gallois, difficiles vainqueurs (32-26) des Fidji dimanche soir à Bordeaux, ont eu des mots, pour le dire pudiquement, juste avant la mi-temps. La scène se déroule dans leur camp où les Fidjiens mettent la pression sur les Diables. Fébrile, le centre George North commet alors un en-avant, provoquant la colère de son ouvreur Dan Biggar – « get this f… ball off! » -, qui a continué à invectiver son coéquipier jusqu’aux vestiaires.

Johnny Sexton. « Papy » (38 ans) Sexton est toujours vert. Six mois après son dernier match, l’emblématique demi d’ouverture et capitaine du XV du Trèfle s’est économisé en terme d’énergie, samedi face à la Roumanie – il est sorti à la 66e, n’a parcouru que 27 mètres ballon en main et a effectué seulement 4 plaquages – mais il n’a pas pour autant oublié de soigner ses statistiques: 24 points, dont deux essais (40e, 63e).

Matthew Carley. L’arbitre anglais de la rencontre entre le pays de Galles et les Fidji, est l’objet de beaucoup de critiques depuis dimanche soir pour son arbitrage plutôt complaisant pour les Gallois. Autour de l’heure de jeu, il a sifflé les Dragons trois fois en position de hors-jeu sur leur ligne en moins de deux minutes sans pour autant sortir de carton jaune qu’il a réservé trois minutes plus tard au Fidjien Lekima Tagitagivalu pour une faute sur maul. Sans parler des deux essais refusés aux piliers fidjiens Eroni Mawi et Peni Ravai qui, pour le premier, semblait valable sur certaines photos.

. LES CHIFFRES

3. C’est le nombre de drops réussis par l’ouvreur anglais George Ford, auteur par ailleurs de tous les points de son équipe samedi face à l’Argentine (27-10) à Marseille. Il les a passés entre la 27e et la 37e minute, permettant à son équipe, réduite à 14 dès la 3e minute, de prendre le large, en utilisant cette arme très efficace mais tombée en désuétude dans le rugby moderne. Le record de drops sur un match de coupe du monde est toujours détenu par le Sud-Africain Jannie De Beer (5 en quart de finale contre l’Angleterre en 1999).

12. Le nombre d’essais passés par l’Irlande, première nation mondiale, à la Roumanie (19e), pour une victoire sans appel (82-8) samedi à Bordeaux, avec des doublés de Tadhg Beirne, Bundee Aki, Johnny Sexton et Peter O’Mahony. Un déluge pour répondre au premier essai de la rencontre marqué par les Roumains dès la 3e minute, par Gabriel Rupanu.

30. En ouvrant le compteur essais des Bleus face à la Nouvelle-Zélande (27-13), l’ailier Damian Penaud (26 ans, 45 sélections) a atteint la barre des 30 essais, égalant la légende Philippe Sella qui avait atteint cette marque en 111 sélections. Le Néo-Bordelais n’est plus désormais devancé dans ce classement que par trois joueurs: Serge Blanco (38 essais), Vincent Clerc (34) et Philippe Saint-André (32).

. L’IMAGE

Les « phares » du staff des Springboks. Pendant le match entre les champions du monde sud-africains et l’Écosse dimanche à Marseille (18-3), l’entraîneur des Springboks en charge de la défense Felix Jones a été vu plusieurs fois avec de gros phares à la main, permettant, selon la couleur de la lumière choisie, de donner des consignes à ses joueurs. Et ce afin de leur communiquer, sur une pénalité, le choix du staff (taper en touche ou prendre les points au pied). Interrogé en conférence de presse, l’entraîneur Jacques Nienaber s’est justifié: « je ne sais pas si vous êtes allés au bord du terrain ou à proximité, mais le bruit est tellement phénoménal qu’on ne s’entend pas. C’est difficile de parler directement à notre staff ». « C’est une manière plus facile de communiquer avec eux », a-t-il insisté. « Il n’y avait rien de tactique ».

. LA DÉCLARATION

« C’est un jour historique pour le Chili, mais aussi pour le rugby qui accueille un nouveau membre dans sa famille (…) Je suis très fier de mes joueurs. Je sais d’où ils viennent et les efforts qu’ils ont faits pour en arriver là. Ils ont été exemplaires ». Pablo Lemoine, le sélectionneur du Chili, battu par le Japon (42-12) samedi à Toulouse.

© 2023 AFP

Sexy Rugby : Boutique Rugby